drapeau anglais drapeau allemand
accès à la page agence
affiche Catalina in fine

Catalina in fine

Archive

création 2010

Mise en scène Olivier Couder

Elle a deux visages. L’un devant, l’autre derrière la tête, « l’un qui rit quand l’autre pleure, l’un qui vit, l’autre qui meurt ». Catalina débarque dans l‘atelier d’Honorin et se fait adopter par ce vieil ouvrier solitaire qui traîne incognito une jambe de bois.

Pourtant, tout oppose le vieil homme casanier, pétri de certitudes, rassuré quand rien ne bouge, et la jeune fille qui veut transformer l’usine et tout remettre en question.

Sous l’impulsion de Catalina, les machines se mettent à produire des articles de voyage de toutes les couleurs, bousculant la routine, mettant un air de fête, relançant les ventes.

Lorsque Catalina s’endort, elle est alors appelée dans ses rêves par un curieux personnage : c’est le prince pas charmant, arrivé là parce que tous les autres princes sont pris par les défilés de la collection « automne-hiver ». « Je suis ce qui reste de Prince pour s’excuser qu’il n’y a plus de Prince », lui confie-t-il, mais son rêve à lui a toujours été de devenir nourrice. Ces trois personnages atypiques qui traînent chacun leur handicap, une tête en trop, une jambe de bois, un prince charmant sans charme, forment une petite bande qui se chamaille et s’amuse à tout propos, insolite, imprévisible et joyeuse. Mais tout est remis en cause le jour où Catalina tombe malade…

L’histoire s’achève en mettant en perspective nos questions d’adultes et nos questions d’enfants : comment trouver le courage, comme Honorin, de quitter ses routines et son atelier pour oser faire enfin le tour du monde ? Comment trouver une place dans la société quand on se sent différent? Comment se réconcilier avec soi même et avec les autres ?

En parlant de sa pièce, Fabrice Melquiot écrit : “On a beau savoir qu’on ne fera jamais que courir après, on veut l’approcher, l’impossible, alors. Alors rien. Finalement, j’ai écrit une autre pièce et continué de chercher, contre la maladie de vivre, la maladie de vouloir toujours être celui qu’on n’est pas, la maladie d’être plusieurs en soi et jamais d’accord, la maladie d’aimer et celle d’écrire. Je cherche encore. La réconciliation !“

Téléchargez le dossier

Téléchargez le dossier pédagogique

Téléchargez le pack photos

Distribution

Avec : Thomas Caspar, Olivier Couder, Trang Lam et Yves Gourvil

Mise en scène Olivier Couder

Conseil artistique Patricia Zehme et Yves Gourvil

Décor Jean-Baptiste Manessier

Costumes Philippe Varache

Éclairages Marie Hélène Pinon

Création musicale Stéphane Leach

Création des masques Alaric Chagnard

Régie Stéphane Brunier, Gérard Dold

Partenaires

L’Arche est l‘éditeur et l‘agent théâtral de Catalina in fine


accès pôle art handicap
partenaires & mécènes Voir tous les partenaires & mécènes